Culture et vie communautaire

Histoire et patrimoine

Si vous empruntez la route Marie-Victorin, communément appelée la 132 et qui va de Montréal à Québec, vous trouverez, sur la rive sud du fleuve, un petit village de quelque 1 200 habitants : c’est Saint-Pierre-les-Becquets. Ce village s’avance et surplombe le fleuve Saint-Laurent comme une proue de navire, une sorte d’éperon verdoyant, une falaise qui s’élève à partir de Gentilly, conservant sa trajectoire jusqu’à Québec et situé entre Gentilly à l’ouest et Deschaillons-sur-St-Laurent à l’est.

Sur la rose des vents, vous constaterez que le sud est en bas, et « C’est l’aviron qui nous mène en haut », comme dit la chanson. Vous descendrez donc vers Québec et monterez vers Montréal. Tout cours d’eau affluant vers le grand fleuve sera forcément monté ou descendu par les riverains. Donc, Saint-Pierre-les-Becquets se situe sur la rive droite.

Notre toponymie est en quelque sorte le fil d’Ariane, comme une certaine continuité dans le temps, une référence à l’histoire culturelle, sociale et politique de notre milieu. De M. Romain Becquet, qui marie sa fille à M. Louis Lévrard, jusqu'à les Lanaudière par la célèbre Madeleine de Verchères, (alliée à la famille Baby). Tous ont laissé leur nom à quelques coins d’ici. Pourtant, les Becquetois se souviennent encore de ces ancêtres défricheurs venus du Nord, c’est-à-dire de Champlain, Batiscan, Sainte-Anne-de-la-Pérade, qui ont dû escalader nos falaises rébarbatives pour affronter l’immense silence des forêts vierges, la solitude du « désert » à agrandir de saison en saison pour y bâtir cette cabane tant convoitée.

Rêve-t-on bateau, grand large, voyage ? Ici, tout se mélange avec harmonie et éclectisme, du plus sophistiqué au plus simple, du plus moderne au plus zen.

Une église romane est construite en 1839 par M. Thomas Baillargé. De plus, un manoir seigneurial est érigé par une descendante de Madelon, Mme Marianne de Lanaudière, mariée à M. François Baby, et qui subsiste encore aujourd’hui. Vous remarquerez une croix commémorative sur la côte, bien en vue des navigateurs, érigée en 1972, année du tricentenaire de la seigneurie partagée en trois paroisses : Saint-Pierre-les-Becquets, Sainte-Cécile-de-Lévrard qui s'est détachée en l908, et Sainte-Sophie-de-Lévrard en 1874.

Une école secondaire accueille plusieurs centaines d’étudiants de la région. Nous disposons aussi d’une résidence (Romain Becquet) pour personnes âgées. La culture maraîchère est encore à l’honneur sur nos plateaux sablonneux bien que considérablement réduite depuis quelques années.

Voilà, en raccourci, une histoire de 350 ans perpétuée par les enfants des censitaires de l’époque de Monseigneur de Laval, de Frontenac, de Talon et des soldats du Régiment de Carignan…

Il faut savoir d’où l’on vient, qui on est, où l’on va et quelles valeurs nous rassemblent !

Yolande Allaire-Roux
Société d’Histoire et de Généalogie Lévrard-Becquet